Canards

Ne pas nourrir les canard

Ce geste, en apparence inoffensif, entraîne de lourdes conséquences autant pour les humains que pour les canards.

Danger pour les canards

Les canards, habitués à obtenir de la nourriture facilement par le biais des humains, développent une dépendance envers ceux-ci et éprouvent certaines difficultés à se nourrir lorsque la saison froide arrive et que les humains cessent de les nourrir.

Une concentration de canards aux sites d’alimentation ainsi que les aliments non mangés qui se déposent au fond du lac peuvent entraîner l’apparition et la propagation de maladies mortelles pour le canard.

La nourriture fournie par les humains, entre autre le pain, ne contient pas tous les éléments nutritifs nécessaires pour les canards, ce qui entraîne des carences alimentaires et des maladies.

Les canards nourris par les humains choisissent de demeurer dans les environs même en hiver et ne peuvent parfois supporter les grands froids.

Problèmes pour les humains

Chaque jour, les canards produisent cinq fois plus de coliformes fécaux que les humains et les rejettent directement dans le lac. Les coliformes sont des bactéries naturellement présentes dans les excréments des animaux à sang chaud et indiquent la présence potentielle de bactéries ou virus pathogènes. Si leur nombre est trop élevé dans l’eau, il devient dangereux de se baigner dans le lac. Les parasites provenant des excréments de canards peuvent provoquer certaines maladies cutanées chez les baigneurs comme la dermatite, de plus en plus présente en Estrie. Les symptômes de cette maladie sont des plaques rouges accompagnées de démangeaisons.

Les excréments rejetés par les canards rendent les eaux et les berges peu hygiéniques et peu attrayantes lorsqu’il y a une forte concentration de canards.

Les excréments peuvent aussi servir d’engrais pour les plantes aquatiques et les algues et causeront le vieillissement du lac en plus d’entraîner une diminution des espèces de poissons intéressantes pour la pêche.

Conclusion :

Même si la tentation est grande de nourrir les canards, il faut garder en mémoire que ce geste qui semble anodin peut avoir de graves conséquences pour nous et pour eux. Pour toutes ces raisons, nous croyons que les canards sont beaucoup mieux à l’état sauvage.

En effet, certaines plantes envahissantes se reproduisent par fragmentation, c’est-à-dire que des portions de tiges se détachent de la plante et vont s’enraciner dans une autre partie du lac pour former une nouvelle plante. La fragmentation peut se faire par voie naturelle ou à cause des activités humaines. En arrachant ou en fauchant les plantes aquatiques, on crée inévitablement des fragments capables d’aller coloniser une autre partie du lac. Donc, en voulant éliminer les plantes aquatiques, on arrive à provoquer le phénomène inverse.

Les sédiments déposés au fond d’un lac peuvent contenir des éléments nutritifs qui causent la croissance excessive des plantes aquatiques ou des algues. Ils peuvent également contenir des produits toxiques nuisibles à la vie dans le lac. Or, les travaux de faucardage et d’arrachage peuvent entraîner la remise en suspension de ces sédiments et causer une dégradation encore plus importante de la qualité de l’eau.

La remise en suspension des sédiments dans le lac cause aussi une augmentation de la turbidité de l’eau ce qui est néfaste pour la vie aquatique particulièrement pour les poissons vivant dans le lac.

Conclusion :

Il n’y a pas de remède miracle à la présence des plantes aquatiques dans un lac. Le seul véritable moyen de contrôle est la réduction à la source de tous les apports en éléments nutritifs tels que les engrais, le gazon coupé, les sédiments provenant de fossés, les déchets provenant d’une installation septique défectueuse, les excréments de canards ou la nourriture jetée dans le lac.